Bernard Noulin, nouveau président du Conseil d'administration de l'ANCV

Bernard Noulin a été élu Président du Conseil d’Administration de l’Agence Nationale pour les Chèques-Vacances (ANCV) le 19 décembre 2013. Il succède à Jean-Pierre Artiganave, qui avait pris ses fonctions le 26 janvier 2012. Le Conseil d’Administration de l’ANCV s’est également renouvelé avec de nouveaux membres pour une durée de 3 ans.

Bernard Noulin, un engagement au service du tourisme social et solidaire
Bernard Noulin, 62 ans, a commencé sa carrière comme animateur puis directeur de village de vacances à la Fédération Nationale Léo Lagrange. Chargé de formation au département tourisme de développement de l'INFAC (Institut de Formation des Animateurs et administrateurs de Collectivités), il sera ensuite délégué général du CECOREL (Centre de Coopération pour la réalisation d'équipements de loisirs). Parallèlement à ses activités professionnelles, il a exercé différents mandats syndicaux à Force Ouvrière où il fut, notamment, chargé du dossier économie sociale à la confédération. En mars 2006, il est nommé administrateur de l’ANCV au sein du collège des bénéficiaires de Chèque-Vacances. Renouvelé en 2010, il a, alors, été élu Vice-président du Conseil d’administration, puis a assuré la Présidence par intérim de juin 2011 à janvier 2012. Depuis le 9 décembre 2013, Bernard Noulin a été nommé au titre des personnalités qualifiées par arrêté.

Engagé dans la vie militante et très attaché aux Chèques-Vacances à travers ses différents fonctions, le nouveau Président a constamment réaffirmé le rôle unique de l'ANCV et a été l’un des artisans du Contrat d’objectifs et de performance signé avec la ministre madame Sylvia Pinel.

Je suis très heureux d’accueillir Bernard Noulin à la Présidence du Conseil d’administration de l’ANCV pour accompagner les transformations de l’agence mais aussi pérenniser les efforts qui ont été déployés afin de mener à bien notre mission de service public : favoriser le départ en vacances du plus grand nombre, déclare Philippe Laval, directeur général de l’ANCV.

3 questions à Bernard Noulin, président du Conseil d’administration de l’ANCV

Quelle est votre vision de la mission de l’ANCV ?
« Agir en faveur des vacances pour tous est plus que jamais nécessaire. L’Agence va se saisir des conclusions du rapport de Madame Buisson et participer activement aux Assises du Tourisme, notamment dans le cadre du groupe de travail numéro 9 « Redynamiser le tourisme des Français », co-piloté par Claudie Buisson et Serge Trigano. Les vacances sont essentielles pour tous : outre un droit évoqué formellement par la loi, outre des bienfaits diversifiés unanimement reconnus sur les familles, les personnes isolées, la parentalité, la récupération physique et psychique, l’ouverture aux autres, les vacances sont devenues un élément du statut, un marqueur social et contribuent à la cohésion sociale. D’autre part, contribuer à réduire la fracture touristique, c’est aussi générer des retombées économiques significatives pour le tourisme en France et, ainsi, participer au dynamisme du secteur ».

Quels sont les défis que vous allez devoir relever avec l’ensemble du Conseil d’administration ?
« Nous souhaitons poursuivre la dynamique insufflée depuis la signature du premier Contrat d’objectifs et de performance avec la ministre Sylvia Pinel. Au-delà des chiffres, des résultats, il s’agit, aujourd’hui, pour l’ANCV d’être l’acteur de référence des politiques sociales et solidaires d’accès aux vacances. L’Agence se veut, aussi, un lieu de concertation des politiques de soutien à l’accès aux vacances pour tous, réunissant tous les acteurs qui concourent à cette mission (les partenaires sociaux avec, bien sûr, les comités d’entreprises (CE), leurs équivalents dans la fonction publique et les entreprises mais aussi les professionnels du tourisme, les collectivités territoriales et les acteurs du monde associatif) ».

Comment le rapport de Madame Buisson va t-il impacter la politique de l’ANCV ?
« Nous avons accueilli favorablement le rapport de Madame Buisson, d’autant plus que l’ANCV a été étroitement associée aux expérimentations. Nous allons donc y porter le plus grand intérêt d’autant que la plupart des propositions associe l’Agence ou lui confient un rôle actif. Un complément au COP pourrait reconnaître ce positionnement plus moteur. De plus, dans le cadre des assises du tourisme, le groupe chargé de « redynamiser le tourisme des Français » prend pour base de départ le rapport Buisson et place l’agence en position privilégiée pour contribuer à la dynamique ressentie, dès le début des travaux, chez les participants. »

 

Revenir en haut de la page