Bertrand Réau : "le temps des vacances interroge nos représentations et nos usages du temps libre"

Bertrand Réau1sociologue, maître de conférences à l’université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, donne quelques clefs de lecture sur les vacances comme phénomène social.

 
Quel rôle jouent, selon vous, les vacances en tant que fait social ?
Dans les sociétés occidentales, le départ en vacances s’impose comme une norme, qui s’accompagne de pratiques multiples dont les recompositions sociales
du temps scolaire et du temps de travail sont réappropriées par les différents groupes sociaux.
 
En quoi les vacances peuvent-elles servir de temps de socialisation et d’apprentissage ?
Les classes sociales supérieures utilisent, par la diversification et la multiplication des formules de vacances, ce temps “libre” pour transmettre des éléments
d’une “culture libre”, hors de l’école. Dans les classes populaires, l’espace des possibles est plus restreint, mais il faudrait pouvoir étudier précisément les usages contemporains de ce temps libre en termes de socialisation et d’apprentissage.
 
Pensez-vous que les vacances peuvent contribuer à réinsérer des publics isolés et, plus globalement, à contribuer à la politique de cohésion sociale ?
En pratique, les éducateurs se servent du temps de vacances, qui permet un relâchement des normes ordinaires et une confrontation à d’autres univers, pour rompre l’isolement de certaines catégories de populations. La cohésion sociale renvoie, quant à elle, à une question plus politique, et à la mise en place d’une réelle politique sociale des vacances.
 
Auteur de Les Français et les vacances (Paris, CNRS éditions, 2011) et Sociologie du tourisme, avec Saskia Cousin (La Découverte, 2013).
Crédit photo : Hannah Assouline
Revenir en haut de la page