Catherine Saint-Jours, Directrice générale du CNAS

Catherine Saint-Jour, directrice du CNASLe Centre National d’Action Sociale (CNAS) est le quatrième client de l’ANCV. Il touche aujourd’hui plus de 660 000 agents de la fonction publique territoriale dans toute la France, dont 70% appartiennent à la catégorie C. L’organisme prend ainsi pleinement sa place parmi les plus grands Comités d’entreprises de France. Le Chèque-Vacances est en progression de 12% depuis quatre ans : son volume de plans ouverts est passé de l’équivalent de 36 millions d’euros en 2010 à celui de 41,6 millions d’euros en 2014. Aujourd’hui, plus de 92000 plans d’épargne ont été souscrits par les agents grâce au CNAS. Catherine Saint-Jours, sa directrice générale, nous a reçue au siège du CNAS, situé à Guyancourt, en région parisienne.

 

 

Pourquoi avoir opté pour les Chèques-Vacances ?

Qu’est ce qui différencie le Chèque-Vacances des autres prestations ?

Selon quel mode est-il distribué ?

Quels sont ses atouts majeurs ?

Comment le Chèque-vacances s’insère-t-il dans votre politique d’action sociale ?

Quelles sont les perspectives de développement ?

Pourquoi avoir opté pour les Chèques-Vacances ?

« Historiquement, l’action sociale dans les collectivités territoriales est intervenue après la création des comités d’entreprise (CE) en 1945, et les fonctions publiques d’Etat et hospitalières. Le CNAS a été crée en 1967 en tant qu’association à but non lucratif. Puis, la loi de 2007 a rendu obligatoire l’action sociale dans les collectivités territoriales. Nous sommes donc dans cette grande lignée des CE qui ont cherché à apporter un peu de qualité de vie supplémentaire au bénéfice d’un mieux-être au travail. On a coutume de dire que  le CNAS est le CE des collectivités territoriales. Les loisirs, la famille et la solidarité ont imprégné la culture, les valeurs et l’ADN du CNAS. Au début de notre action sociale, nous avons connu les colonies de vacances. Aujourd’hui, les temps ont changé et les Chèques-Vacances représentent pour nous la prestation la plus en phase avec nos valeurs et notre conception des vacances. C’est un outil de solidarité qui permet aux agents les plus fragiles de partir en vacances. Le Chèque-Vacances véhicule également une conception des vacances : les vacances ne sont pas que du loisir ou de la détente, mais elles sont aussi un facteur d’épanouissement, de cohésion, de prévention à l’isolement et de lien social. Le Chèque-Vacances constitue pour nous la rencontre de tous ces objectifs, la rencontre de toutes ces valeurs. »

Qu’est ce qui différencie le Chèque-Vacances des autres prestations ?

« Le Chèque-Vacances fait partie de ces rares prestations qui sont soumises aux conditions de ressources, il constitue un outil d’action sociale au sens propre du terme qui permet d’accompagner les personnes les plus défavorisées: moins vous avez de revenus, plus le CNAS abonde le Chèque-Vacances. Nous avons mis en place deux plans d’épargne en Chèque-Vacances : l’un à 200 euros (avec un abondement de 90 euros) et l’autre à 400 euros (avec un abondement entre 60 et 130 €). »

Selon quel mode est-il distribué ?

« Nous avons toujours privilégié l’épargne comme mode de distribution pour favoriser le départ en vacances des populations les plus fragiles. Au dernier moment, des imprévus peuvent venir sacrifier le poste vacances. L’épargne possède une vraie dimension pédagogique car elle permet aux agents de se constituer un budget vacances en douceur. Le Chèque-Vacances permet aussi de planifier ses vacances, et d’obtenir des réductions auprès des prestataires de tourisme. »

Quels sont ses atouts majeurs ?

« Le Chèque-Vacances est pour nous un produit solidaire car il nous permet d’accompagner nos agents en bonifiant les plans d’épargne. Nous sommes sensibles aussi aux valeurs de l’ANCV, à son modèle économique. Nous reversons également nos excédents de gestion (sauf 15% de frais de structure) à l’action sociale. Le Chèque-Vacances s’inscrit pleinement dans notre politique d’action sociale. C’est un partenariat naturel car nous poursuivons les mêmes buts. »

Comment le Chèque-vacances s’insère-t-il dans votre politique d’action sociale ?

« En plus des plans d’épargne Chèque-Vacances, qui jouent pleinement leur rôle auprès des agents de catégorie C, nous assurons une forte promotion auprès de nos agents de deux programmes d’action sociale de l’ANCV : Seniors en Vacances et Départ 18:25. Notre rôle est d’informer, de sensibiliser les agents sur ces dispositifs d’aide au départ en vacances. Nous négocions aussi avec nos prestataires touristiques des réductions supplémentaires sur ces programmes. »

Quelles sont les perspectives de développement ?

« Nous nous intéressons de très près au nouveau produit e-Chèque-Vacances. Nous attendons les conclusions de la phase pilote du e-Chèque-Vacances mises en place avec la fonction publique hospitalière (CGOS). Nous avons prévu une rencontre avec l’ANCV pour étudier le déploiement du e-Chèque-Vacances auprès des agents du CNAS. Nous allons également réfléchir sur la mise à disposition de Chèques-Vacances sans épargne, permettant aux agents d’augmenter leur budget vacances. Enfin, nous déployons avec succès le Coupon Sport auprès des agents. Nous avions 42 400 bénéficiaires en 2013, nous sommes passés à 47 000 en 2014, le chiffre d’affaires évoluant de 6,9 M€ en 2013 à 7,750 M€ en 2014. Sur ce produit, le CNAS participe à hauteur de 20%, soit 250 euros par bénéficiaire pour 25 coupons par an et réfléchissons à l’avenir à une augmentation de l’aide aux agents ayant 3 enfants ou plus. »

Revenir en haut de la page