Charles Ange Ginesy : "Les retombées de l’activité des stations irriguent tous les territoires de montagne"

Quelles sont les retombées économiques du tourisme en montagne ?

Le tourisme est une chance pour la montagne ! 120 000 emplois, 15% du PIB touristique national,
7 milliards de chiffre d’affaires annuel estimé pour l’économie du ski, 10 millions de touristes dont 2 millions d’étrangers accueillis chaque hiver… les retombées de l’activité des stations sont majeures et irriguent tous les territoires de montagne. Le tourisme contribue ainsi fortement au dynamisme économique, au maintien des services publics de proximité, essentiels pour les populations permanentes, saisonnières et touristiques, ainsi qu’à l’aménagement du territoire. Source d’emplois non « délocalisables », valorisation du patrimoine, c’est un secteur-clé aussi bien pour les économies locales, que nationale.

Quels sont les enjeux aujourd’hui des acteurs et professionnels de la montagne ?

Faire découvrir la montagne à tous et notamment aux jeunes est un objectif prioritaire. Plusieurs initiatives sont, par exemple, menées par l’ANMSM pour redynamiser les départs en classes de découvertes. Avec le label Famille Plus, nous mettons également tout en œuvre pour faciliter les vacances des familles et des enfants. Notre objectif : proposer des offres accessibles, y compris aux plus petits budgets, hiver comme été. La montagne doit s'imposer comme une destination « toutes saisons ». Dans ce contexte, l'investissement est une des clés du succès pour renforcer l'attractivité de nos montagnes. Nous travaillons aussi au développement la promotion avec France Montagnes afin de faire connaitre ces offres et les multiples possibilités d'activités que l'on peut pratiquer en montagne.

Comment rendre la montagne plus attractive, plus accessible ?

La pratique de la montagne a beaucoup évolué. Les phénomènes de réservations de dernière minute, de courts séjours ou de séjours décalés, encore marginaux il y a quelques années, ne cessent de prendre de l’ampleur. Par ailleurs, si la glisse reste encore l’hiver la source d’attractivité la plus forte, de plus en plus, les touristes recherchent aussi d’autres activités complémentaires ou alternatives. Pour répondre à ces nouvelles attentes, les stations se diversifient avec de nouvelles offres ludiques autour du bien-être, de la culture, du sport... La montagne doit également réussir la révolution du numérique. La station de demain sera innovante et connectée pour améliorer encore l’accessibilité et la qualité de vie et de service, dans un environnement préservé.

Pourquoi l’ANMSM et l’ANCV souhaitent-ils devenir partenaires ?

L’ANMSM et l’ANCV partagent une même ambition : favoriser le départ en vacances du plus grand nombre. Avec Famille plus, l’ANMSM accompagne les 44 stations de montagne labellisées pour proposer aux familles des prestations et services dédiés, ainsi qu’une politique tarifaire adaptée. Les familles, notamment monoparentales, sont aussi un public cible prioritaire pour l’ANCV. Développer des synergies entre le label Famille Plus et les Chèques-Vacances permettra donc de mieux faire connaitre ces deux dispositifs et devrait contribuer à renforcer leur déploiement L’ANMSM et ses partenaires l’ANETT et les Stations Vertes, réunis au sein du Comité National de Gestion du Label Famille Plus, présidé par Pierre BALME, Maire de Venosc-Les 2 Alpes et Vice-président de l’ANMSM, signeront ainsi très prochainement un partenariat avec l’ANCV.

>>> Revenir au sommaire du dossier "L'accès aux vacances pour tous à la montagne"

Revenir en haut de la page