Focus sur l'action sociale en Poitou-Charentes

Chargée de développement de l'action sociale (CDAS) en région Poitou-Charente, Jordie Bion nous donne quelques clefs de lecture et de compréhension pour mieux appréhender l'action sociale de l'Agence au plus proche du terrain. Elle a souhaité valoriser trois actions locales en Charente-Maritime. 

Le principal enjeu est de soutenir des projets locaux, en étant à l’écoute des besoins du terrain. Sur cette région, nous avons un réseau d'acteurs institutionnels et associatifs dynamiques et intéressés par la thématique départ en vacances, avec notamment le Conseil régional de Poitou-Charentes fortement impliqué.

Le département de la Charente-Maritime a un taux de chômage important de 10,8% (alors que la moyenne national est de 10,4% l), avec un taux de chômage des moins de 25 ans en forte progression : près d’un demandeur sur 5 à moins de 25 ans en région Poitou Charente. Pour toucher ce public prioritaire, nous venons de lancer le dispositif « Départ 18:25 » ouvert à tous les jeunes âgés de 18 à 25 ans révolus. 
Sur la région Poitou-Charentes, la précarité est plus sensible sur les zones rurales (253 000 personnes vivent en dessous du seuil de pauvreté soit 14,3 % de la population. Près de 2 ménages sur 10 vivants dans une commune très rurale vivent sous le seuil de pauvreté), là où nous essayons de renforcer nos actions de solidarité. 
Par exemple, avec l’un de nos partenaires, l’Association Vacances et Familles de Lusignan qui accompagne dans le cadre des « aides aux projets vacances », les familles présentant des problématiques sociales. Ainsi que l’Association les Amis de l’Ecole Laïque à Rochefort, partenaire du dispositif « Bourse Solidarité Vacances » en faveur des familles, des familles monoparentales, des jeunes et des personnes isolées. 
Ces partenaires contribuent à l’intégration et à l’autonomisation des familles avec un accompagnement sur la préparation du projet vacances (épargne, budget). Il y a également une vraie problématique sur l’isolement et le vieillissement de la population dans cette région. Le seuil de pauvreté est de 12,4% en Poitou-Charentes, la population la plus touchée étant celle des deux Charente (Charente et Charente Maritime). 1 ménage sur trois est constitué de deux personnes et six fois sur dix, c’est une personne âgée, souvent des femmes. Le partenariat mené avec le Centre Communal d'Action Sociale (CCAS) de Fouras illustre bien cet enjeu. Le CCAS s’est pleinement approprié notre programme « Seniors en Vacances »en sensibilisant bien les personnes âgées de la commune sur ce dispositif, et en faisant un effort financier sur le transport du séjour, avec une aide complémentaire pour les personnes relevant des minimas sociaux. Aujourd’hui, toutes les pistes de partenariat peuvent être envisagées sur le territoire avec l’ensemble des acteurs locaux et associatifs. 

Témoignages sur trois initiatives :

Sandra RONDET, directrice du CCAS de Fouras-Les-Bains. 
Fouras-les-Bains est une station balnéaire de 4 000 habitants, dont 46% d’entre eux ont plus de 60 ans contre 24,2% à l’échelle nationale. Nous organisons depuis 3 ans un séjour Seniors en Vacances par an. Pour aider les seniors aux plus faibles revenus, nous avons mis en place des aides financières individuelles et avons noué un partenariat avec une association « La Touline » qui prend en charge une partie du coût du transport. 
Le dernier séjour en groupe a eu lieu du 17 au 24 mai 2014 (8 jours/7nuits) à Port Manech, en Bretagne, dans le village Cap Vacances. La grande majorité des participants sont des participantes, des femmes seules et isolées de plus de 70 ans, qui vivent seules toute l’année. Ce séjour de vacances est vraiment propice aux rencontres pour ces femmes, qui peuvent ainsi se rencontrer, nouer des contacts et se revoir ensuite dans le cadre des ateliers que nous organisons au CCAS. » 

Joëlle Rey, animatrice sociale à l’association Vacances et Familles à Lusignan dans la Vienne.
« Nous avons fait partir 97 familles picto-charentaises en 2013. Ce sont des familles en grande difficulté sociale : familles monoparentales ou au RSA qui ont des difficultés à trouver du travail, des familles avec des enfants handicapés, réfugiés politiques originaires des pays de l’Est… La spécificité de notre association est sur l’accompagnement avant le séjour (nous sommes par exemple présents tous les 15 jours au moment de l’épicerie sociale au Centre socioculturel de Cap Sud à Poitier pour sensibiliser et informer les familles sur les projets vacances existants, nous allons une fois par mois avec les familles à la Maison de la Solidarité de Fontaine le compte pour échanger sur les vacances.
Nous nous rendons également au domicile de certaines familles pour approfondir le projet vacances et préparer ensemble le budget. Pendant le séjour, des bénévoles accueillants de Vacances et Familles sont disponibles pour des sorties en cas de besoin, avec un goûter d’accueil au début du séjour, et un repas d’au revoir à la fin des vacances. Après le séjour, les familles qui sont parties se revoient avec des salariés de l’association pour faire le bilan ensemble et échanger les impressions. » 

Laetitia Simon, animatrice du secteur « adultes et familles », Les Amis de l’école laïque, Rochefort 
« Nous avons quatre dispositifs vacances au sein de l’association pour les familles et les personnes seules. Nous proposons des séjours individuels dans une caravane de l’association, située sur l’île d’Oléron, pour faciliter l’autonomie des personnes et leur donner envie de retrouver le chemin des vacances. 
Nous organisons également deux séjours collectifs accompagnés par an et avons noué un partenariat avec Vacances et Familles pour inciter les familles qui ne partent pas à oser des vacances en familles, car elles sont accueillies par des bénévoles de Vacances et Familles sur le lieu de séjour. Enfin, nous proposons également Bourse Solidarité Vacances. En 2013, cinq familles sont parties avec BSV (22 personnes) dans le Morbihan, le Finistère…
Ces familles ne sont pas parties en vacances depuis des années, elles retrouvent le droit aux vacances. Pour certaines familles, les vacances servent de révélateur pour retrouver un emploi, renforcer les liens familiaux. Grâce à ces différents dispositifs d’aide, les familles apprennent à constituer un budget vacances, à s’informer en amont sur les modes de transport…C’est un vrai plus pour elles dans leur démarche d’insertion ». 

Revenir en haut de la page