Philippe Maud’hui : "La rénovation en montagne constitue un accélérateur de développement durable"

Quels sont les points forts et les points faibles de la destination montagne dans l’offre touristique française ?

Parmi les points forts, le domaine skiable français est le plus attractif au monde, avec plus de 55 millions de journées skieurs annuelles et un actif de marques uniques à l'exemple des « Trois Vallées ». Nous avons la chance d’avoir une offre diversifiée en hiver, tant en termes de massifs (Alpes, Pyrénées, Jura, Vosges…) que de stations (stations de haute altitude, stations village, stations connectées à la vallée) ou d’hébergements. Courchevel, Avoriaz, Chamonix, Font Romeu, le parc national du Mercantour, des Ecrins, de La Vanoise...  constituent également autant de marques structurant l'attractivité des clientèles internationales et nationales. Outre la glisse, l'offre touristique montagne est très diversifiée en hiver comme en été, avec du thermalisme, du bien-être, des activités sportives de pleine nature, de l’événementiel (organisation de grandes compétitions sportives, le Tour de France, 3 Jeux Olympiques accueillies…). Nous avons également des opérateurs de grande qualité, comme la Compagnie des Alpes, filiale de la Caisse des Dépôts, qui gère de nombreux domaines skiables et est également présente à l'international. Atout France est partenaire de France Montagnes et du Cluster montagne. Sur les 20 Contrats de destination, 5 concernent directement la montagne: tous les massifs sont donc aujourd’hui engagés dans cette dynamique collective pour développer, promouvoir et valoriser leur offre touristique à l’international.

Les marges de progression portent notamment sur le renforcement de l’attractivité de la montagne en été et l’optimisation des conditions d’accès aux stations de montagne pour éviter les congestions lors des grands départs en vacances. Les opérateurs touristiques doivent aussi adapter le format de leurs produits afin de répondre aux attentes  (courts séjours, départ anticipé…). Un autre enjeu majeur porte sur la rénovation de l'immobilier de loisir.

 

Quel est l’état du patrimoine immobilier dans les stations de montagne ?

70% de l’offre d’hébergement en stations est constitué par des résidences secondaires plus ou moins occupées. L'enjeu est de réchauffer ces « lits froids » pour passer de moins d’une semaine d'occupation à 7 ou 10 minimum. Ceci intègre des actions multiples : construire des dynamiques avec les agences locatives, profiter du développement de la location entre particuliers, accélérer les opérations de rénovation et la remise en marché.

Sur les 6,7 millions de lits en montagne, 1,6 millions sont des lits marchands. L'enjeu consiste également à appuyer les opérateurs et les collectivités dans leurs projets de rénovation patrimoniale. Je pense notamment aux acteurs des villages de vacances.

Pourquoi est-ce important de réhabiliter ce patrimoine immobilier ?

La montagne s’appuie sur un tryptique : le ski, le prix et le lit. Au-delà des enjeux économiques pour l’emploi et l’aménagement du territoire, la rénovation en montagne constitue un accélérateur de développement durable. C’est l’opportunité d’optimiser la question énergétique, d’insuffler de l’innovation dans les nouveaux services offerts, de revaloriser l’espace public et d'enrichir la gouvernance touristique des stations en mobilisant davantage les propriétaires et les copropriétés.

Publications d’Atout France sur la montagne :

Revenir en haut de la page